Observatoire Français des Retraites,11ème édition A retrouver dans Liaisons Sociales Magazine du 6 mai

Lire le communiqué en PDF

Union Mutualiste Retraite / Liaisons Sociales Magazine (Wolters Kluwer) / IPSOS-CGI

– Les Français, n’ont jamais été aussi inquiets sur le montant de leur retraite, mais n’épargnent pas pour autant davantage dans cette optique,

– Ils continuent à souhaiter une réforme en profondeur, tout en méconnaissant certaines options comme la retraite par points,

– Ils sont davantage prêts à accepter un allongement de la durée de cotisation qu’une mise à contribution des retraités,

A la veille de la remise des conclusions de la Commission pour l’avenir des retraites prévue à la mi-juin prochain, la onzième édition de l’Observatoire des retraites UMR-Corem / Liaisons Sociales Magazine / Ipsos (1) fait le point sur l’état d’esprit des Français sur le sujet.

Sont-ils toujours aussi pessimistes ? Leur inquiétude influe-t-elle sur leur intention d’épargne ? Quelle réforme souhaitent-ils vraiment ?

Des données qui éclairent l’ouverture prochaine de la Conférence Sociale de juillet qui doit mettre sur la table tous les scenarii possibles avant l’été et ouvrir la concertation avec les partenaires sociaux à l’automne.

A paraître dans Liaisons Sociales Magazine du lundi 6 mai 2013

 

Les Français, n’ont jamais été aussi inquiets sur le montant de leur retraite (80% : +4),

Ce pessimisme croissant concernant le montant des pensions est commun à toutes les tranches de la population : chez les femmes (83% : +2), les personnes âgées de 35 à 44 ans (92% :+3) et les actifs occupés (86% : +3). Les retraités demeurent moins fatalistes que le reste de la population mais eux aussi sont gagnés par une inquiétude grandissante (68% ; +5), la désindexation des retraites complémentaires de l’inflation décidée par les partenaires sociaux pouvant expliquer cet état d’esprit.

En dehors des questions financières, les Français se montrent par ailleurs majoritairement préoccupés par leur santé et leur accès aux soins (57% ; -1), et leur capacité à vivre de façon indépendante (58% ; +1). La question de la dépendance, si elle apparaît moins prégnante aux yeux des Français dans le contexte actuel, demeure donc toujours présente à l’esprit des interviewés.

…Ils n’ont pas changé pour autant leur comportement d’épargne en vue de la retraite, par manque de moyens.

Un Français sur deux (49% = avril 2011) déclare avoir épargné en vue de sa retraite. 26% le font régulièrement et 23% de façon irrégulière. A l’inverse, 48% ne l’ont pas fait, dont 12% qui n’ont pas l’intention de le faire. A noter qu’au printemps 2009, avant la réforme de 2010, l’écart entre le taux d’épargnants et de non épargnants était de 9 points (53%- 44%).

Ceux qui n’épargnent pas pour leur retraite (mais qui ne sont pas opposés à l’idée) invoquent essentiellement le manque de moyens (80%). Cette raison arrive loin devant toutes les autres, qu’il s’agisse du manque d’information (32%), de la peur de perdre ses économies du fait de l’instabilité des marchés (32%), du manque d’intérêt pour l’épargne retraite (26%) ou de la confiance accordée au système actuel par répartition (16%). On notera que le manque d’information est davantage mentionné par les jeunes (42%) et par les femmes (35% contre 29% des hommes).

Les Français continuent à souhaiter une réforme des retraites en profondeur…

En novembre 2012, 70% des français jugeaient nécessaire une nouvelle réforme des retraites dans les deux ans à venir. Un constat alors partagé par toutes les catégories de population, notamment les salariés du privé (72%) et les salariés du public (66%). Cette année l’interrogation porte sur l’ampleur de la réforme nécessaire ; de grandes lignes émergent :

63 % (+1) des interviewés continuent de plébisciter, comme en octobre 2012, la mise en oeuvre d’une réforme « en profondeur » du système de retraite en France, qui traiterait de l’ensemble des sujets, y compris les plus délicats (mode de calcul des pensions, harmonisation entre secteur public et secteur privé, nouveaux prélèvements sur les retraités…). Le souhait d’une réforme « en profondeur » du système de retraite est majoritaire dans la quasi-totalité des catégories de population, y compris chez les salariés du public (60%) et les sympathisants PS (65%).

En ce qui concerne les différentes pistes testées dans cette enquête, aucune mesure ne suscite un assentiment majoritaire des interviewés en étant jugée nécessaire ET souhaitable. Mais les Français considèrent cependant majoritairement que certaines évolutions sont nécessaires :

– L’augmentation de la durée de cotisation pour 66% des Français. 38% jugent cette mesure nécessaire et souhaitable tandis que 28% estiment que c’est certes nécessaire, mais pas souhaitable. Ils ne sont que 31% à manifester leur franche opposition à cette option en indiquant qu’elle est ni nécessaire, ni souhaitable. Les sympathisants Front de gauche sont ceux que l’idée rebute le plus (58%).

– Le relèvement de l’âge de la retraite pour 61% des interviewés, dont 35% qui jugent cela souhaitable et 26% pas souhaitable. Seuls 36% considèrent que cette piste n’est ni nécessaire, ni souhaitable (50% des ouvriers et 56% des sympathisants Front de gauche).

– L’augmentation des cotisations retraites supportées par les salariés et les entreprises pour 63% des Français.

En revanche les Français se montrent particulièrement réfractaires à la mise à contribution des retraités. 72% des interviewés jugent ni nécessaire ni souhaitable de les taxer davantage ou de diminuer le montant des pensions. L’idée de désindexer les pensions suscite également une opposition majoritaire (52%), mais dans une moindre mesure.


…Tout en méconnaissant certaines options comme la retraite par points

Les Français ont du mal à se positionner sur le passage à un régime par points. L’a priori est plutôt négatif : 24% jugent cette mesure nécessaire et souhaitable, 13% nécessaire mais pas souhaitable et 36% ni nécessaire ni souhaitable. Plus d’un quart des interviewés ne se prononce pas (27%), signe que ce régime est encore très mal connu des citoyens.

L’enquête a été réalisée dans le contexte particulier de « l’affaire Cahuzac », ce qui donne une tonalité particulière à la réponse sur la confiance accordée au gouvernement par les Français pour assurer l’avenir des retraites. Elle est aujourd’hui très limitée sur le sujet (24%) même si la principale mesure envisagée par ce dernier – l’allongement de la durée de cotisation – est celle qui semble la plus acceptée. Plus de trois Français sur quatre (76%) déclarent ne pas avoir confiance en lui sur ce sujet, dont 50% « pas du tout ». Cette défiance est majoritaire dans toutes les catégories de population, à l’exception des sympathisants PS dont une petite majorité continue de lui conférer un certain crédit dans le domaine (52%). La défiance des Français est nettement supérieure à celle exprimée à l’égard du gouvernement Fillon en mai 2010, avant le vote de la réforme portant l’âge de la retraite à 62 ans (64%).

 

(1) Enquête réalisée par téléphone les 12 et 13 avril 2013 auprès dun échantillon national représentatif de 1019 personnes âgées de 15 ans et plus.

 

L’Observatoire Français des retraites UMR /Liaisons Sociales Magazine / IPSOS-CGI, créé en 2006, interroge deux fois par an, depuis 2009, les Français sur toutes les questions touchant à la retraite, avec des focus par thèmes : épargne, santé et dépendance, réformes…

— L’Union Mutualiste Retraite, (UMR) est l’union de composantes de la Mutualité Française. Créée en 2002 elle gère en particulier Corem et Corem co, la plus importante complémentaire retraite mutualiste par points, individuelle ou collective.

Fin 2011 l’UMR compte 391 000 adhérents, dont 319 773 sociétaires pour Corem avec un réseau comprenant 124 partenaires, mutuelles et groupements de mutuelles, et plus de 615 points de vente. Elle gère 7,6 milliards d’€ d’actifs dont 5,6 milliards pour le Corem.

– Liaisons Sociales Magazine est édité par le groupe Wolters Kluwer,  l’un des premiers acteurs mondiaux de l’édition et de l’information professionnelle. Le chiffre d’affaires en 2012 est de 3,6 milliards d’euros. Il emploie environ 19 000 personnes dans le monde et intervient dans plus de 40 pays en Europe, en Amérique du Nord, en Asie-pacifique et en Amérique latine.

Contacts presse :

Union Mutualiste Retraite : Agence Comm’On Michèle Gallard, 06 88 69 38 34, mgallard@comm-on.info

Liaisons Sociales Magazine : Jean Paul Coulange, rédacteur en chef : 01 76 73 32 94

IPSOS-CGI : Christelle Craplet : 01 41 98 94 32, Amandine Lama : 01 41 98 92 87.

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?